logo article ou rubrique
Top 10 des trés mauvaises choses ...

Les aliments frits

Frites, beignets, nuggets… Les aliments frits sont très mauvais pour la santé.

En effet, ils font donc grossir, augmentent les risques d’hypertension artérielle, de diabète de type 2, de « mauvais » cholestérol et de maladies cardiovasculaires.

On peut bien sûr faire frire de temps en temps nos aliments, mais en utilisant de l’huile d’olive ou de l’huile de tournesol pour faire diminuer ces risques, si on en croit une étude publiée dans le British Medical Journal

M. F. Leitzmann, T. Kurth. Fried foods and the risk of coronary heart disease. BMJ, 2012 ; 344 (jan23 3) : d8274 DOI : 10.1136/bmj.d8274

Le stress

Si le stress est une réaction tout à fait normale de l’organisme pour faire face à une pression ou à une situation qui demande d’agir vite, il devient nocif sur le long terme.

En effet, il mobilise beaucoup d’énergie, et peut entrainer fatigue, état dépressif, maux de ventre, migraines, mais aussi infections cutanées, insomnie ou aménorrhée.

Il aggraverait également les maladies cardiovasculaires, l’hypertension, le diabète de type 2 et le cancer.

Alors on se détend !

La pollution

Pollution atmosphérique, pollution intérieure, ondes magnétiques… Tous les types de pollution ont des impacts négatifs sur notre santé et sont à l’origine de nombreux décès prématurés.

Allergies, maux de tête, cancers, troubles respiratoires, maladies cardiovasculaires font partie du cocktail de maladies et troubles apporté par la pollution de toute sorte.

Le tabac

Le tabac est mauvais pour la santé, ça, c’est acquis.

Mais alors qu’on a souvent tendance à croire que le risque subsiste surtout chez les gros fumeurs ou les « vrais » fumeurs, on sait maintenant, grâce à une étude menée par le National Cancer Institute, que même les fumeurs occasionnels sont très en danger.

Les chercheurs ont en effet montré que fumer une cigarette ou moins en moyenne quotidiennement pendant son existence augmente le risque de décès prématuré de 64 % et de 87 % pour ceux qui fument entre une et dix cigarettes par jour.

Les aliments grillés

Qui n’apprécie pas un bon barbecue en été ?

Oui, mais, avec modération, car lorsque les viandes sont cuites à des températures élevées, des composés potentiellement cancérogènes se forment à la surface.

Le grill et le barbecue provoquent généralement l’apparition de ces composés, dont la consommation régulière est liée à l’apparition de divers types de cancers.

Les pesticides

La toxicité des pesticides sur notre santé est aujourd’hui indéniable, même si certains voudraient se convaincre du contraire…

C’est le cerveau qui serait le plus impacté par ce cocktail de pesticides que nous ingérons ou respirons tous les jours.

Une série d’études menées sur de jeunes enfants à travers le monde a d’ailleurs montré que les enfants exposés aux pesticides présentent une diminution de l’endurance, de la coordination, de la mémoire à court terme ainsi que la capacité à dessiner une personne.

Les viandes transformées

Nuggets de poulet, pâté, jambon, cordons-bleus, saucisses… : à consommer le moins possible !

Ces produits industriels, en plus d’être les pires aliments pour la santé cardiovasculaire, sont aussi classés comme cancérogènes pour l’homme (Groupe 1) par l’OMS. Cette classification se fonde sur des indications suffisantes provenant d’études épidémiologiques de ce que la consommation de viande transformée provoque notamment le cancer colorectal chez l’homme.

Le sucre raffiné

Nous avons besoin de sucre, c’est certain, mais nous en consommons beaucoup trop (en moyenne 35 kg par an et par français !) et pas le bon !

Pas le bon, parce que ce que nous consommons beaucoup, c’est le sucre blanc, raffiné. Il ne présente presque aucun intérêt nutritionnel, à part de nous apporter le glucose dont nous avons besoin (mais en petite quantité !).

Le bon sucre, on va le trouver dans des produits moins transformés comme : le miel, le sucre de canne intégral, le fructose issu des fruits, le sirop d’érable, la caroube ou encore, la stévia.

Rappelons qu’une surconsommation de sucre (quel qu’il soit) entraine prise de poids, problèmes bucco-dentaires, diabète de type 2…

L’inactivité physique

La sédentarité est bien plus néfaste qu’on ne le croit !

Une étude publiée en décembre 2015 par le Sax Institute en Australie a même montré que dormir plus de 9 heures par nuit, combiné au fait de rester assis plus de 7 heures par jour et au manque d’exercice, augmente de 4 fois le risque de mourir prématurément.

Une autre étude, de l’université de médecine de Californie cette fois, révélait il y a quelques mois que les femmes âgées de plus de 60 ans ayant une vie très sédentaire vieillissent plus vite que les autres.

Le manque ou l’excès de sommeil

Un sommeil de qualité est, au même titre que l’alimentation saine et l’activité sportive, la base d’une bonne santé.

Si on vient de voir que trop dormir est mauvais pour la santé, on sait depuis longtemps que le manque de sommeil a lui aussi des conséquences terribles : stress, manque de concentration, sautes d’humeur, migraines et à long terme dysfonctionnements cognitifs et risque accru d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral.

qrcode:https://stephane-poupard.spipfactory.fr/Top-10-des-tres-mauvaises-choses



puce

Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.15
Hébergeur : SpipFactory